Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Loren Photo spécialiste surf, windsurf...

Photographe spécialisé dans le #surf, #windsurf, #wingfoil, #paddle, #kitesurf. Basé sur la côte bleue (#cotebleue) contactez via la formulaire moi pour toute collaboration ou shooting.

Une photo de sport se construit-elle ?

Publié le 6 Décembre 2021 par Loren in Photographie

Rappel sur la photo de sport.

Ce qu'on connait traditionnellement de la photographie de sport, ce sont les images publiées dans les journaux généralistes (type l'équipe ou autre) ou celles des journaux ultra spécialisés.

D'un côté nous avons une industrie qui doit sortir des photographies en masse. On pourrait dire même inonder le monde d'images de sport pour illustrer la quantité énorme d'épreuves organisées pour l'ensemble des disciplines sportives existantes en mettant l'accent sur celles qui peuvent faire vendre des journaux.

C'est une industrie qui doit faire de l'argent pour laquelle l'image n'est qu'un support qui doit accrocher l’œil du lecteur. Le but de l'image est de faire vendre !

Dans le cas des journaux spécialisés, l'image est beaucoup plus "travaillée". Il faut accrocher un public connaisseur d'une discipline qui ne se contentera pas d'une image "qu'il est capable de prendre". Le lecteur de ce type de journal cherche l'esthétique et l'exclusivité de l'image. 

On perçoit bien que ces deux catégories de journaux utilisent différemment  un outil : la photographie.

Les journaux généralistes vont avoir besoin d'une masse énorme de photographies pour répondre à la demande des lecteurs. Le but de la photographie est de présenter visuellement un événement. A ce titre les photos sont souvent prises sur le vif, dans l'action pendant un événement sportif dont l'une des caractéristiques principale est que la date est fixe.

Pour ce type de photographie, pas de préparation, pas de travail de repérage pour le photographe...

Il faut être là au bon moment pour capturer l'action qui passera en première page !

Aucun jugement de ma part, c'est juste un fait !

Le fait d'être là au bon moment est un art mais demande aussi un travail important comme par exemple celui de connaitre la discipline, les sportifs... afin de se positionner au bon endroit. Le fait d'être présent au bon moment, au bon endroit peut être le fruit du hasard mais répéter l'opération pendant tout un match de football ou de rugby cela ne peut plus être qualifié de hasard.

On obtient donc des images qui techniquement peuvent être réalisées par presque n'importe quel photographe ayant un niveau technique correct ou plus mais la différence c'est que le spécialiste de photographie de sport répète l'opération plusieurs fois par match et ce pendant plusieurs matchs par weekend.

On voit bien que la préparation est bien présente mais qu'elle ne concerne pas directement la photographie mais plutôt la discipline sportive.

Oui, êtes-vous déjà allé photographier dans un stade, dans un gymnase, une course de nuit ou tout autre événement sportif ?

Bien souvent les conditions de lumière sont parfois pour ne pas dire tout le temps, difficiles. Le photographe se trouve confronté à des plages dynamiques (écart entre les hautes et les basses lumières) très étendues voire énormes, des priorités qui doivent tantôt être fixées sur la vitesse ou sur l'ouverture... bref tout un tas de détails techniques qui feront la différence entre une photo ratée et celle qui fera la première page d'un journal sportif.

Ces exemples montrent que la préparation que je peux qualifier de "photographique" ou technique est bien présente dans la photographie sportive qu'on peut voir dans tous les magasines généralistes.

On peut voir que la préparation quelle qu'elle soit, est primordiale pour réussir des photographies de sport. Une préparation qui peut être assimilée à celle d'un sportif. De la technique, de la connaissance théorique sur la discipline photographiée, de la connaissance sur les sportifs afin de connaitre leur technique, leurs défauts, qualités...

Deuxième cas : la photographie de sport spécialisée !!!

Dans ce type de photographie, la préparation est tout autre. 

Le site de prise de vue est choisi avec précaution ainsi que l'heure de réalisation des prises de vues. L'objectif de ce type de photographie n'est pas de produire en masse mais de réaliser des photos esthétiques pour mettre en valeur la discipline et le sportif. 

Je qualifierais ce type de photographie d'artistique.

Le photographe et le sportif sont capables d'attendre pendant des mois que les conditions idéales se présentent pour réaliser la/les photo(s) qui correspondent à ce qu'ils cherchent.

Souvent, la recherche de l'esthétique tant dans le mouvement, les conditions de lumière ou le lieu de prise de vue est le principal moteur de ce type de photographie.

C'est ainsi que nous avons souvent droit à des lieux de rêve aux eaux turquoises, une météo idéale avec des conditions encore plus idéales pour la pratique du sport mis en valeur.

L'exemple parfait du photographe prenant ce type d'image est Steve McKenna qui réalise ce type de photographie 

Magnifique non ?

Il ne faut pas croire que cette photographie est le fruit du hasard. Tout est étudié.

Le spot, les conditions de pénétration de la lumière dans l'eau, la forme de la vague...

Ce sont des heures de repérage, d'essais pour en arriver là.

Alors comment construire une photo de sport sur le plan photographique ?

Pour essayer de répondre à cette question, il faut revenir à ce qu'est la photographie.

Réaliser une photographie c'est "écrire" sur un médium la lumière qui se présente devant notre appareil photo.

En photographie de sport, les conditions de lumières sont difficiles voire très difficiles à maîtriser. impossible de mettre des projecteurs, des diffuseurs... il faut composer avec les lumières d'un gymnase (bien souvent à dominante jaune) ou avec le soleil ou la lune (ou l'absence de lune).

Pour les photographies en gymnase, il sera hyper important de maîtriser la technique et notamment le réglage de balance des blancs. Pour faire simple, il faut être capable de faire reconnaître à son appareil photo le gris 18% (gris moyen je crois) dans les conditions de lumière du lieu. Ce n'est pas simple car bien souvent le photographe n'a accès qu'au dernier moment aux lieux de la compétition.

Une solution est de photographier au format RAW mais le traitement en post-production est rallongé. Il faut savoir faire des compromis...

En extérieur, les conditions de lumière changent en permanence. Sur une compétition de surf débutant le matin et finissant en soirée, on peut passer d'un soleil levant dans le dos du photographe, à un soleil couchant en plein en face (ce qui donne de beaux contre-jour) en passant par la lumière dure du midi...

 

Finalement la photo de sport n'est pas si différente des autres domaines de la photographie.

Le matériel prend une place importante dans le résultat final surtout lorsque les conditions de lumière sont difficiles (notamment dans les faibles lumières).

Je souligne quand même que le meilleur matériel du monde ne remplacera jamais la qualité du photographe. C'est le photographe et uniquement lui qui permet de tirer le meilleur parti du matériel et de construire une photographie équilibrée répondant à tous les critères techniques mais aussi à une certaine idée (celle du photographe) de ce qu'on appelle l'artistique.

Commenter cet article