Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Loren Photo spécialiste surf, windsurf...

Photographe spécialisé dans le #surf, #windsurf, #wingfoil, #paddle, #kitesurf. Basé sur la côte bleue (#cotebleue) contactez moi via le formulaire pour toute collaboration.

Différents formats de fichier en photographie

Publié le 22 Juin 2022 par Loren in Photographie

Il existe pleins d'autres articles bien plus techniques que celui-ci sur le sujet mais je ne souhaite pas rentrer dans la technique afin de ne perdre personne (moi y compris 😋).

La photographie a évolué depuis les premiers appareils photo à plaque de cuivre autrement appelés daguerréotypes. La photographie a permis de fixer notre environnement sur différents types de supports. Plaques de cuivre, plaques de verre, négatifs et récemment des fichiers numériques...

C'est cette dernière catégorie de support qui nous intéresse. Au début de la photographie numérique, les photographes ont été un peu surpris de voir arriver de nouveaux outils comme les ordinateurs pour faire autre chose que de la mise en page. Ils ont dû s'adapter et développer leurs photos à l'aide d'outils informatiques. Un ordinateur ne sais pas à lui seul lire et interpréter les négatifs. Toutes les données qu'il consomme sont stockées sous forme de fichiers.

Toute comme par le passé, la photographie numérique a évolué et plusieurs formats de fichiers ont été créés par les industriels pour répondre aux besoins toujours plus important des consommateurs (pas les photographes, nous les spectateurs). En effet, nous sommes toujours plus nombreux à demander des images et des vidéos de qualité en accès illimité et le défi du format d'enregistrement des images et des vidéos est permanent et important pour les industriels.

Vous connaissez certainement le format JPEG (généralement avec des extensions du nom de fichier JPG, JPEG). Il s'agit du plus courant des formats d'échange de fichiers notamment sur Internet. Petit (en volume), il ne consomme pas beaucoup de bande passante sur nos réseaux, d'espace de stockage sur les sites web...

Il n'est donc pas étonnant de le retrouver dans absolument tous les smartphones qui est la catégorie d'appareils photo qui crée le plus de photo (en volume) dans le monde.

Vous l'aurez compris il s'agit ici d'un "standard" communément utilisé.

Mais pourquoi certains fichiers sont-ils si petits alors que d'autres sont bien plus volumineux ?

Il était une fois un capteur électronique...

Bon OK, ce n'est pas réellement un conte pour enfant que j'écris. Je n'ai pas cette prétention mais je trouvais ça intéressant de rappeler s'il en était besoin que nos appareils photo actuels sont tous conçus autour d'un capteur (électronique).

En quooi est-ce en rapport avec le format du fichier généré par notre appareil photo ?

Et bien le fichier "RAW" généré par votre appareil correspond à l'état de ce que capte chaque photosite du capteur de votre appareil.

Vous comprenez peut-être mieux pourquoi le volume du fichier généré augmente avec la définition du capteur. Pour faire encore plus simple, plus vous avez de million de pixel sur votre appareil, plus le fichier généré est gros !

Pourquoi utiliser un tel type de fichier allez-vous me dire ?

Bin pour se la jouer pro non ?

Il y a quand même d'autres avantages un peu plus techniques que ça c'est vrai.

Pour lire un fichier RAW vous aurez besoin d'un logiciel bien particulier pour voir une image sur votre écran. En effet ce fichier n'est pas directement interprétable par les logiciels standards livrés avec votre ordinateur. Vous aurez besoin de logiciels capables de lire vos fichiers RAW comme Darktable (Libre et donc gratuit) ou Adobe Lightroom. Il en existe d'autres mais l'article ne consiste pas à les lister tous.

Grâce à ces logiciels vous aurez une maîtrise totale de la colorimétrie de votre image. Le logiciel vous proposera une colorimétrie par défaut et quelques moyens de régler la colorimétrie (et bien plus encore) de chaque portion de l'image. Vous pourrez ainsi en post-traitement modifier votre balance des blancs, la saturation, corriger l'exposition...

Bref, vous avez un contrôle quasi-total sur votre photo.

Depuis les débuts des dessins et photos sur ordinateur, le format JPG ou JPEG (à prononcer "GIPEGUE" 😂) est le "roi" des formats. Quand je parle de "roi", c'est tout simplement qu'il est l'un des plus répandu dans le monde pour ne pas dire le plus répandu.

Tous vos téléphones portables prennent des photos dans ce format. Il est donc aisé de comprendre pourquoi ce format apparait quasiment partout dans nos vies. Vous l'utilisiez peut même depuis un bon moment sans même en avoir conscience.

Pourquoi ce format de fichier est-il tant utilisé ?

Tout simple, il stocke dans 3Mo ce que le format RAW met dans 20 à 80Mo.

Comment arriver à ce miracle ?

Et bien c'est là que les mathématiques viennent à notre secours. Je ne vous ferai pas un cours de maths, j'en serais d'ailleurs bien incapable. Pour comprendre, il faut simplement revenir à la base de l'informatique.

Tout n'est que '1' ou 'O' et seul la manière dont on lit cette suite de 1 et de 0 donne du sens aux informations. En maths on appelle ça la "base 2" ou encore le binaire. Il ne faut donc pas s'étonner que les mathématiques aient été la matière principale de sélection des premiers informaticiens...

Pour arriver à faire diminuer le "poids", le volume des fichiers images/photo, les mathématiciens ont utilisé les statistiques pour créer ce qu'on appelle des algorithmes de compression. Ca fonctionne avec quasiment toutes les données informatique alors pourquoi pas les images ?

Le format JPG est donc l'enregistrement d'une image dans un format "compressé".

Lorsque vous naviguez sur Internet, beaucoup d'images que vous voyez sont stockées, transmises au format JPG. Votre navigateur interprète cette suite de 1 et de 0 pour vous afficher les photos. Quand on fait une recherche sur Google Images par exemple et qu'on voit le nombre de résultats avec les miniatures qui s'affichent il faut réellement que les images aient un petit volume si nous souhaitons que la page s'affiche rapidement. Vous sentez la puissance de cet algorithme de compression. S'en est presque magique 😉.

Mais alors pourquoi ne pas travailler uniquement avec des fichiers au format JPG ?

C'est simple. Tout réside dans le détail. Non non pour de vrai, ce n'est pas que de la rhétorique.

Vous ne me croyez pas ?

Alors prenez une JPG, zoomez à 200% et regardez. Selon la compression qui a été sélectionnées pour le fichier, vous perdez des détails. L'image n'est plus aussi "fine" qu'elle paraissait...

Tout ceci a une explication : la compression !

La compression permet de ne "décrire"/d'enregistrer dans le fichier qu'une partie des pixels ce qui permet de réduire le volume de données enregistrées. Les détails de l'image qui ont disparu à l'enregistrement doivent être "restaurés"/"estimés" par le programme qui affiche l'image.

On voit donc que les détails de l'image ne dépendent plus de l'image elle-même mais du programme qui interprète des données enregistrées. C'est le principal défaut du JPG.

Ne me faites toutefois pas dire que c'est un format de m.... c'est juste qu'il faut connaitre ses limitations sans toutefois ne pas oublier qu'il satisfait plus de 90% des usages notamment ceux liés à internet.

Un format un peu moins connu est le format TIFF.

Le format TIFF permet lui aussi d'utiliser la compression des données mais celui dont je parle est ce qu'on appelle "brut".

De par son format "brut" il s'agit d'une format d'enregistrement des fichiers plutôt dédiés à l'impression des photos.

En effet, l'ensemble des détails que le capteur est capable de fixer est restitué et enregistré dans le fichier. Il n'y a donc quasiment aucune perte entre l'image capteur et l'image affichée.

L'inconvénient principal de ce type de fichier reste la sa taille (limitée en version standard du format à 4Go puis étendu par une version non normée).

A titre personnel, j'utilise le format RAW lorsque mon appareil me le permet. Mon smartphone ne permet pas l'enregistrement au format RAW. J'utilise donc le format JPG qui est natif.

Pour mes photo avec mon appareil photo, j'utilise le plus souvent le format RAW mais j'utilise aussi le format JPG selon le type de photo que je réalise. Mon premier critère est de savoir si je devrai retravailler la photo ou non.

Les experts n'ont pas dû apprendre grand chose mais j'ai essayé d'expliquer simplement les grandes différences de format de fichiers de manière à ce que cela paraisse un peu moins obscure pour certains.

Si vous souhaitez ajouter/corriger certaines choses, vous pouvez laisser un commentaire.

Si cet article vous a aidé à éclaircir un peu vos idées, dites le moi aussi ça fait toujours plaisir.

A bientôt pour d'autres articles.

Commenter cet article