Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Loren Photo spécialiste surf, windsurf...

Photographe spécialisé dans le #surf, #windsurf, #wingfoil, #paddle, #kitesurf. Basé sur la côte bleue (#cotebleue) contactez moi via le formulaire pour toute collaboration.

Des émotions, encore des émotions, toujours des émotions

Publié le 28 Juin 2022 par Loren in Pensées

Ceux qui me lisent depuis quelques articles peuvent se douter de ce qui se cache derrière ce titre mais permettez moi de décrire que j'entends par là.

Les émotions, ce sont elles qui nous poussent tous à faire certaines choses. Par plaisir, par colère, par haine... peu importe la raison, ce qui est à la base de toutes nos actions ce sont bien les émotions que nous ressentons suite aux sollicitations de notre environnement.

Depuis ma séparation, je n'éprouve plus d'émotion. Tout est insipide. Seule la photographie me procure une certaine "émotion", un ressenti.

Je ne m'explique pas ce phénomène même si une piste que j'explore actuellement est basée sur les éléments qui se rattachent à ma pratique photographie qui sont tous en rapport avec ce que j'aimais (encore ?). Les sports de glisse, la nature et la musique électronique. Il doit y avoir une relation mais pour le moment elle ne m'apparait pas clairement ou du moins je n'arrive pas à mettre des mots dessus.

Une chose est certaine c'est que mes émotions passent par la photographie et que seuls les arts (et pas tous) déclenchent en moi des émotions, une ressenti. Elles peuvent être légères ou totalement envahissantes.

Il m'arrive de pleurer sur une musique sans même savoir pourquoi si ce n'est qu'elle me met des frissons et me transporte. Lorsque je suis sur la plage avec mon appareil photo entre les mains et la musique dans mes oreilles je peux passer pour un fou à "danser" comme çà mais rien à faire.

Non rien à faire du jugement des autres. Si leur esprit est tellement étriqué qu'ils jugent les autres sans les connaitre ils ne méritent même pas un centième de mon attention. Être soi-même, être moi-même...

C'est quelque chose qui a été oublié dans notre société. On nous impose un cadre dans lequel nous avons l'obligation sociétale d'évoluer sans quoi nous sommes rejetés, jugés et classés. Le monde ne se résume pas à un seul cadre comme par exemple pour un photographe qui choisit un cadrage particulier pour faire passer un message !

Alors oui, je "danse" au bord de l'eau, sur la plage et je prends des photos. C'est ma manière de revenir à la vie, de retrouver des émotions après un traumatisme qui m'a laissé pour mort au bord de la route. Je me le dois et je le dois à mes filles. Elles ont souffert, j'ai souffert et tout cela sans que j'y puisse quoi que ce soit. Elles ont subi tout ça sans avoir rien demandé (tout comme moi) et je me dois de les aider à traverser cette période difficile (très difficile) et pour ça je dois moi-même reprendre pied, reprendre un peu d'air à la manière d'un surfeur pris dans les vagues...

La photographie, la musique électronique sont mes deux bulles d'air artistiques. C'est grâce à elles que j'arrive à tenir, à me dire que j'existe par moi-même et pour mes filles. Il faut que le vive pour elles et si je peux grappiller un peu quelque chose au passage pour moi alors ce sera bien.

la photographie est une thérapie. Elle me permet de m'évader mais aussi de rencontrer d'autres personnes, d'autres manière de penser, d'autres styles de vie...

La vie des Hommes et non le microcosme dans lequel nous évoluons tous. un microcosme qui impose ses règles, sa vision et qui reste très souvent fermé sur lui-même (pour survivre ?).

Est-ce comme ça que je vois mon avenir, enfermé dans une bulle sans pouvoir en sortir au risque d'être rejeté par le groupe auquel qu'appartiendrais ?

La réponse est que je n'appartiens à aucun microcosme, je ne veux appartenir à aucun microcosme, je ne veux pas être enfermé dans une case !

J'ai toujours refusé de rentrer dans des cases. A l'école déjà j'ai refusé les cases des instituteurs, des professeurs...

Je suis donc parti travaillé et ai repris mon instruction en allant aux cours du soir (le Conservatoire National des Arts et Métiers). Je ne rentrais pas dans les cases de l'éducation nationale ! Et bien pas problème et oui j'ai appris. je me suis éclaté pendant les cours, j'ai pu mettre en pratique ce que j'apprenais et ce fut une période réellement de bonheur. J'ai même rencontré mon ex-femme pendant cette période... J'étais heureux mais le monde professionnel est venu percuter tout ce bonheur.

Là encore il fallait rentrer dans des cases. Chemise, pantalon à pinces... l'archétype du parfait ingénieur...

Ce n'était pas moi. Mon chef m'a fait basculer du "côté obscur" qu'on appelle "burn-out".

Non je ne rentrerai jamais dans les cases, je ne veux pas. Lorsque le système et les individus qui le représentent m'y poussent, je résiste, je fuie pour finalement réussir à être heureux comme je le souhaite.

Aujourd'hui je passe un sale période de ma vie et la différence avec il y a quelques mois c'est que je me dis que l'avenir ne peux être que meilleur, qu'il est difficile de descendre plus bas.

Alors, je n'ai pas honte de dire les choses, ce que je ressens, ce que je suis, ce que je pense car nous le pensons ou ressentons tous plus ou moins un jour.

Je refuse d'être un mouton, rentrer dans un système qui broie l'individu, ce qu'il est, ce qui fait qu'il est intéressant et le rend unique !

Je pense que la personnalité unique de chaque individu qu'on rencontre permet d'évoluer vers le meilleur ou le pire selon ce que nous en faisons. Canaliser les esprits, les modes de réflexion est confortable pour une élite en place qui souhaite ne pas perdre sa place. La limite que je fixe à cette approche de la vie est le manque de respect de l'Homme envers l'Homme.

Cela ne pourrait fonctionner que si nous arrivions à bannir les notions de pouvoir, de hiérarchie sur lesquels toute notre société (mondiale) est bâtie. Cette organisation est la meilleur (moins pire ?) que l'Homme a réussi à mettre en place pour canaliser chacun, donner une place à chacun, donner les éléments d'une vie sereine à chaque personne.

Mon problème avec ça c'est que la société actuelle est tellement sclérosée et "tenue en laisse" par une élite qui a peur de perdre ses privilèges et qui pense protéger le monde des dérives de l'Homme que nous en oublions d'être nous-même pour nous conformer à un modèle. Mais n'est-ce pas tout simplement nier l'évidence que nous sommes uniques avec chacun nos aspirations, envies, besoins ?

Alors le scientifique que je suis se tourne vers les arts (photographie et musique) pour trouver une échappatoire et me "refaire" une vie. Ou tout du moins la continuer.

La photographie constitue la base de ma thérapie et j'ose me livrer totalement, tel que je suis. Je sais qu'il n'y a que des coups à prendre à agir comme ça mais c'est moi. Les idiots (pour rester poli) qui profiteraient de cet état d'esprit pour me rabaisser ou retirer un profit personnel à ce que je donne n'ont rien compris et s'inscrivent parfaitement dans les schémas de notre société actuelle où tout doit être profit avec un minimum d'investissement pour un maximum de rentabilité...

Alors je continue sur ma ligne comportementale. Je donne sans attendre de recevoir !

Peu importe si certains pensent que je suis "utilisé" car ce que je donne ne m'enlève rien et si ça me rapporte quelque chose ce ne sera que du bonus mais je le fais en pleine conscience et surtout volontairement. Donc personne ne m'enlève rien !

Je donne et je suis persuadé qu'un jour mon entourage (ceux qui m'entourent, me côtoient) se rendra compte qu'il reçoit sans que rien ne soit demandé en retour et j'espère qu'à son tour il donnera sans rien attendre en retour. Juste parce que cela fait du bien et que ça devienne une véritable philosophie de vie. Franchement, le morceau de Brennant Heart et Clockartz "What you give is what you get" est un hymne à ces idées. Ces deux artistes mettent en musique et mots une philosophie de vie et une manière de voir les relations humaines peut-être utopique mais tellement enrichissante (humainement je vous l'accorde).

Aller comme à mon habitude je vous laisse cette track de Brennan Heart et Clockartz.

Commenter cet article