Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Loren Photo spécialiste surf, windsurf...

Photographe spécialisé dans le #surf, #windsurf, #wingfoil, #paddle, #kitesurf. Basé sur la côte bleue (#cotebleue) contactez moi via le formulaire pour toute collaboration.

Les algorithmes gèrent-ils nos vies ?

Publié le 6 Novembre 2022 par Loren in Pensées, Photographie

Alors dans cet article j'aborde un sujet assez sensible chez les influenceurs et les créateurs de contenu : les algorithmes.

Les algorithmes de quoi ?

Et bien c'est assez simple en réalité. Ce sont tous les "programmes" qui sont derrière les moteurs de recherche, les réseaux sociaux... bref de quasiment tout ce qui gère l'accès et/ou référence du contenu sur Internet.

Leur principe c'est de parcourir tous les contenus en ligne, les indexer (mettre des critères de recherche en fonction de critères tels les mots clés ou autre) puis nous permettre de trouver du contenu en fonction de critères de recherche.

Google et Youtube sont les deux plus gros "moteurs de recherche" de l'internet. On saisit dans la barre de recherche les mots correspondant à ce qu'on recherche et hop la machine se débrouille avec ça et nous sort... presque ce qu'on attendait 😋

Simple non ?

Et bien... non !

Et pourquoi ce n'est pas aussi simple que ça ?

En réalité il n'y a pas qu'une seule raison pour laquelle ce n'est pas aussi simple.

Commençons par la nature humaine. Oui, oui vous avez bien lu. La nature humaine.

Votre manière de penser vous est propre, elle vous appartient et personne d'autre n'a la même que vous. Votre sensibilité, vos mots usuels, votre environnement de travail, votre éducation, vos goûts... tous ceci guide la manière dont vous allez vous exprimer, les mots que vous allez employer...

Pour un même sujet, deux personnes n'auront pas les mêmes mots, la même approche, la même sensibilité. C'est ce qui fait notre singularité !

Ces derniers temps on entend ici et là des influenceurs se plaindre du changement des algorithmes. Rares sont les créateurs de contenu qui chantent les louanges des algorithmes.

Alors pourquoi étant donné que les algorithmes permettent de rechercher et trouver leur contenu et donc donner de la valeur au travail mis à disposition sur Internet ?

Et bien c'est très simple et complexe à la fois 😋

Il faut revenir à qui met à disposition des internautes tous ces outils de recherche. Google, Youtube, Instagram... sont tous des sites/outils mis à disposition gratuitement par des sociétés dont le but est de survivre dans le monde de l'entreprise.

Alors qu'est-ce que cela implique ?

Les sites sont hébergés sur des serveurs, gérés par des hommes... bref tout cela ne fonctionne pas tout seul, consomme de l'énergie, tombe en panne... rien de bien nouveau. Et alors allez-vous me dire. Et bien ce n'est n'est pas gratuit !

Ces sociétés doivent dégager du financement pour au moins payer tous les frais de fonctionnement et comme nous ne sommes pas au pays des bisounours et que ces sociétés sont dans le système capitaliste, elles doivent s'étendre pour ne pas mourir et pour ce faire dégager des bénéfices.

Qu'est-ce qui se passe donc ?

Et bien rien d'autre qu'il ne se passe ailleurs. Ces sociétés agissent sur les leviers dont elles disposent, c'est à dire leurs plateformes de gestion de contenu.

Plusieurs axes pour elles.

Il est important de fournir aux créateurs une interface simple de gestion de contenu afin de leur faciliter les choses et qu'ils apportent le contenu de manière à rendre la plateforme attractive.

L'objectif : avoir un maximum de contenu de qualité pour couvrir toute la plage d'activité humaine.

Avec une couverture maximale d'un très large éventail de sujet, elles peuvent attirer un maximum de consommateurs. C'est le but de l'ouverture aux créateurs.

Les consommateurs doivent la plus part du temps s'inscrire et laisser des données qui permettent à ces sociétés (leurs outils) de leur proposer le contenu correspondant à leurs goûts.

On voit déjà apparaître la notion d'algorithme qui sélectionne le contenu de créateurs pour le présenter à une population correspondant à des critères particuliers. Mais les critères donnés par les créateurs et les consommateurs sont-ils les seuls à être pris en compte ?

N'oublions pas que la société qui fournit l'outil doit dégager des bénéfices et doit mettre en place un modèle économique lui permettant d'atteindre son objectif. Elle met donc en jeu ses propres critères de mise à disposition des consommateurs le contenu géré.

Le système rend en quelque sorte les créateurs captifs de cet algorithme qui sont "obligés" de composer avec lui pour étendre la visibilité de leur contenu.

La difficulté à toucher un maximum de monde pour les créateurs réside dans la maîtrise "des clés" qui permettent au système de présenter leur contenu. On imagine bien la course qui s'en est suivie et continue à s'opérer pour étendre la visibilité des différents contenus. Utilisation des hashtags, indexation particulière, titres accrocheurs et tout ce qui peux être imaginé et conçu pour retenir l'attention du consommateur.

Aujourd'hui, c'est donc la maîtrise des éléments d'indexation des contenus qui permettent d'avoir une visibilité en augmentation ou en berne. La qualité du contenu importe toujours mais un contenu d'une très grande qualité qui n'est proposé à personne peut-il avoir du succès et être vu ?

On voit donc là que l'algorithme des plateformes de gestion de contenu est un élément très très important pour les créateurs qui en plus est indépendant de la qualité de leur production ou même de leur choix en matière d'indexation. seule la société maîtrisant l'outil à un contrôle total de ces éléments.

Ce qui est incroyable dans l'histoire c'est que des hébergeurs/éditeur de logiciels de gestion de contenu arrivent à prendre en otage ceux qui créent, qui apportent de la valeur ajoutée en maîtrisant l'outil de diffusion de l'information.

Rien de bien nouveau puisque cela est une réalité depuis l'invention de l'écriture et de la communication. Celui qui maîtrise la chaîne de transmission de l'information, maîtrise l'information elle-même !

Quand on y ajoute la dimension du "droit", on peut être amener à croire que ces sociétés qui hébergent gratuitement nos données, y ont en réalité un accès total et gérent qui accède à quoi et à l'extrême peuvent même se permettre de nous refuser l'accès à nos propres données sous prétexte qu'elles mettent à notre disposition un ensemble d'outils "gratuits", nous sommes en droits de nous demander si nous sommes libres...

Y avez-vous déjà songé ?

Commenter cet article