Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Loren Photo spécialiste Surf Windsurf et Crossfit

Photographe amateur spécialisé dans le surf, windsurf, wingfoil, paddle, kitesurf et crossfit.

Quand les arts se complètent

Publié le 9 Septembre 2020 par Loren in Vidéo

Cette fois un article qui ne touche pas la photo mais deux autres arts que j'affectionne particulièrement : la vidéo et la musique.

Ceux qui me connaissent savent que j'aime la musique électronique, des trucs qui "tapent", une musique de malade, de "frappés". Je n'arrête pas de dire que le hardstyle est tout sauf ce que les gens utilisent comme termes pour le qualifier.

Il n'y a qu'à voir les deux clips ci-dessous pour s'en rendre compte.

Le clip du morceau "it's my life" de DJ Zatox est l'exemple parfait du clip illustrant les propos de la chanson.

Un scénario, des acteurs, un message. Tous les ingrédients que Michael Jackson a créé dans son clip Thriller il y a bien longtemps maintenant en étant tant décrié par certains ou adoré par d'autres.

Les lumières du clip sont exactement là où elles doivent être et au juste niveau d'intensité. Elle reflètent la morosité des fans de hardstyle lorsqu'on parle de leur musique. Ils sont sombres avec pour seule lumière leur musique tant décriée. Ils se protègent (les capuches), s'isolent dans une usine désaffectée (endroit peu recommandé dans la population) pour écouter leur musique.

Le clip met aussi en lumière l'opposition du reste de la population à cette musique symbolisée par les homme en armes pour chasser ces deux enfants fans de hardstyle avec une figure paternelle (DJ Zatox) qui les protège. Ce clip montre aussi que les institutions (l'école ici) sont peu encline à accepter les choses nouvelles comme cette musique et préfère tout simplement interdire ce qui est nouveau.

L'art ne peut pas être interdit et l'histoire montre que toutes les formes de censure envers la chose artistique ont échoué.

Simple, certains diront simpliste, mais efficace !

Une autre facette du hardstyle, c'est la théâtralité.

Le hardstyle se prête très facilement à venir compléter les grandes scènes épiques des films, notamment les films d'heroic fantasy.

La douceur des mélodies, la chaleurs des voix des chanteurs mais aussi ce kick très particulier font du hardstyle une musique presque faite pour ce type de scène. Les Da Tweekaz (DJ hardstyle) ont "facilement" mis leur musique sur des images de la série Game of Thrones.

L'ensemble des images répondent au standard de la série Game of Thrones dont la qualité en matière d'image, lumière, scénario, costumes et maîtrise technique n'est plus a démontrer.

Il en va de même pour Brennan Heart qui a remixé le titre original du film Blade et qui a créer un clip que je trouve réellement top.

Brennan Heart est un DJ que j'écoute depuis 2013 et qui ne cesse de se renouveler. Je trouve qu'en plus d'être excellent en DJaying, il a l'art de la mise en scène et que ses clips scénarisés tel que celui présenté ci-dessus sont d'une qualité impressionnante. Là encore la lumière est exceptionnelle. Elle met en valeur les artistes et accompagne la musique (à moins que ce ne soit l'inverse) à merveille.

Quoiqu'il arrive, je trouve un point commun à tous ces clips : le mariage entre tous les arts audiovisuels.

Tous les DJ maîtrisent la scène (c'est leur métier), la musique mais ils s'entourent aussi de professionnels de l'audiovisuel et apprennent vite les techniques qui mettront en valeur leur message et le besoin de reconnaissance de leur musique.

Fan de hardstyle, je ne peux être objectif mais lorsque j'écoute les plus grands DJ, j'ai envie d'oser les comparer aux plus grands compositeurs de la musique classique pour leurs mélodies, les plus grands rocker pour leur "révolte", les plus grands metteurs en scène pour les festivals qu'ils ont créé de toute pièce (à la première heure).

Vous pouvez ne pas être d'accord avec moi à propos de cette musique mais il faut admettre que le monde du hardstyle affiche une belle maîtrise des arts audiovisuels.

En tant que photographe amateur, j'adorerais pouvoir couvrir un festival avec mon matériel et avoir champ libre pour faire les images dont je rêve. Les lumières, les feux d'artifice, la fête, les artistes, les techniciens... autant de shoots que mes cartes SD ne pourraient suffire à stocker...
Rien qu'à y penser j'ai des milliers d'images en tête (pour ne pas dire des millions).

Franchement si un organisateur de festival harstyle tombe sur mon article, j'espère qu'il m'invitera à venir pour shooter, shooter et encore shooter toute la nuit. Un petit tour à la Hardkaze à Toulon ce serait un honneur et un énorme plaisir pour moi !

Commenter cet article