Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Loren Photo spécialiste Surf Windsurf et Crossfit

Photographe amateur spécialisé dans le surf, windsurf, wingfoil, paddle, kitesurf et crossfit.

Influences sur ma photographie

Publié le 22 Août 2021 par Loren in Pensées

Oui mes derniers articles sont loin du thème principal du blog mais la vie d'un photographe est comme celle de bien des gens sur cette terre : un long fleuve pas si tranquille que ça !

C'est bizarre quand même, avant cette crise la photographie me faisait vibrer à l'intérieur. Sortir des images spectaculaires, des images avec des couleurs qui font vibrer les gens, des images les plus simples possibles, des images qui parlent c'est ça l'essence même de la photographie pour moi. Je parle d'émotionnel lorsque je photographie.

Il est donc normal que je m'exprime sur la période que je traverse actuellement : mon divorce !

C'est une période extrêmement difficile sur le plan émotionnel, psychologique, affectif qui aura à n'en pas douter une incidence sur ma vie mais aussi ma manière d'être et de percevoir le monde.

Je divorce de ma femme mais je suis encore amoureux fou d'elle. Allez y comprendre quelque chose...

Elle veut me quitter et je suis devant le fait accompli.

Après quelques phases de conflits avec ma femme mais aussi de conflits intérieurs, j'en arrive à n'avoir en moi que de la douleur et de la tristesse. Je pleure souvent, très souvent et parfois même dans des situations que j'appréciais réellement par le passé en y prenant beaucoup de plaisir. Je pense que la décision de ma femme a signer ma mort. La mort de celui que j'étais !

En essayant de prendre un peu de recul lorsque j'y arrive, je m'aperçois que cet état émotionnel a un impact sur la prise de vue, la sélection et le traitement de mes photos.

Les images que je prends aujourd'hui ont quelque chose en moins, quelque chose de plus "minimaliste" par rapport à celles que je prenais avant. Tout est dans la composition de l'image.

Faisant beaucoup de photos de sport, les actions sont toujours là et les sportifs sont toujours là pour s'entraîner et repousser leurs limites. Ce qui a changé c'est moi. La manière dont je cadre, je compose mes images tant à la prise de vue, qu'en post-traitement. Des images plus larges ou plus serrées, quelque peu plus radicales dans les choix.

Bien ou un mal, telle n'est pas la question. Il s'agit juste d'un constat, d'une autre manière de photographier et de traiter les photos. Fini les couchers et levers de soleil aux couleurs flamboyantes, fini les photos en pleine journée, fini les couleurs vives...

La place est plus une mer bleue presque grise, des photos avec un voile atmosphérique léger (comme dans la photographie de couverture de cet article). Des photos moins joyeuses à l'instar de mon état actuel. Même si mes photos représentent des activités joyeuses, mon état émotionnel actuel s'inscrit de manière parfois subtile et surtout inconsciente sur chaque photo. Ci-dessous un exemple où le wingfoiler est presque invisible, caché dans les noirs...

 

 

Mon expérience de "consommateur d'art" me laisse penser que chaque "producteur d'art" (artiste ?) a une production influencée par sa vie au moment où il réalise sa production (musique, peinture, photo...). Il me semble que c'était le cas pour beaucoup d'artistes très connus comme par exemple Amy Winehouse qui transmet à travers sa voix toutes ses émotions.

Je n'ai pas la prétention d'arriver à ce niveau d'expression et de maîtrise de mon art ce serait "avoir la grosse tête" et ce n'est pas mon genre sans compter que je n'en ai pas la prétention.

La question qui me trotte dans la tête est de savoir si je suis définitivement mort (à l'intérieur) et que mon attitude (morne, dépressif, sans vie...) va évoluer et comment cela va se traduire dans ma vie et dans mes photos.

Je note que jusqu'à présent, chaque fois que j'arrive "à sortir la tête de l'eau", les réflexions de ma future ex-femme ou ma fille aînée avec qui mes relations sont extrêmement tendues (elle ne veut plus rien avoir à faire avec moi) me replongent dans cet état que je déteste proche de la dépression. J'arrive à sortir de là au contact de certaines personnes mais très rarement dans des activités où je suis seul.

Il va falloir que je partage la photographie...

Commenter cet article